O.G.M. = Danger !

Publié le par GARAS 37



undefinedOrganismes Génétiquement Modifiés (OGM) = Danger !


Qu’est-ce qu’un OGM ?

   Un OGM est une plante ou un animal, qui, par une manipulation appelée transgenèse, a reçu dans son patrimoine génétique un gène étranger doté d’une fonction lui permettant d’acquérir certaines qualités (résistance à des agressions extérieures, vertus thérapeutiques) et d’en améliorer d’autres (croissance, maturation ou conservation).
Gène : morceau d’ADN (acide désoxyribonucléique) qui code un ou des caractère(s) héréditaire(s) propre(s) à un organisme vivant (exemple : avoir les yeux bleus ou marrons dépend des gènes).

A quoi sert un OGM ?

   Les transgenèses végétales sont destinées à donner aux plantes des moyens de résister à des herbicides, des insectes, à des virus ou des bactéries, à des champignons ou encore à des conditions de culture difficiles comme le gel ou la pollution des sols. Les transgenèses effectuées sur les animaux (bœufs, porcs et poissons) visent à augmenter la quantité et la qualité de leur viande, ou, sur les vaches, à intensifier la production de lait. D’autres manipulations génétiques visent à accélérer des processus comme l’affinage du fromage (on a ainsi modifié une bactérie afin qu’elle forme le goût et la texture du fromage quatre fois plus vite que la bactérie naturelle), ou comme le fonctionnement des levures entrant dans la fabrication du pain, des yaourts, du fromage et de la bière.
Ces manipulations n’ont qu’un seul but : rentabiliser la production et donc faire toujours plus de fric, au mépris de la santé des consommateurs et des risques sur l’environnement.

Il existe 4 types de risques :   

- liés à la transgenèse :

Les bactéries ou virus utilisés pour transférer un gène dans un organisme peuvent être d’origine infectieuse. Sortis du cadre contrôlé du laboratoire et lâchés dans la nature, ils peuvent muter rapidement, s’associer avec d’autres éléments dangereux et donner naissance à de nouvelles épidémies.

- liés à la culture :

Les plantes génétiquement modifiées pour résister à un herbicide chimique : la pollution des sols risque d’augmenter de manière fulgurante à cause de l’utilisation croissante de pesticides (les agriculteurs déverseront d’autant plus d’herbicides que leurs plantes modifiées y seront résistantes), et les plantes elles-mêmes étant polluées, risquent de nous transmettre cette pollution chimique.
Les plantes génétiquement modifiées pour résister à des insectes destructeurs : les plantes modifiées pour produire une toxine qui tue les insectes risquent d’entraîner chez eux une résistance à cette toxine. Donc l’utilisation de produits chimiques toujours plus toxiques et plus polluants va devenir obligatoire si les agriculteurs veulent conserver leur récolte.

- pour la santé humaine :

Les allergies : quand on mange un aliment à base d’OGM, il est impossible de connaître la provenance du gène transféré. Certaines personnes risquent de devenir soudain allergiques à des produits alimentaires avec lesquels elles n’auront jamais eu ce genre de problèmes.
La résistance de certains gènes aux antibiotiques : leur absorption par l’homme va provoquer une résistance accrue des bactéries aux antibiotiques, ce qui fait que certaines maladies seront de plus en plus difficiles à soigner. L’homme risque donc d’être exposé beaucoup plus souvent aux épidémies.
L’absorption d’herbicides déversées par les agriculteurs : les effets du Round-up (herbicide le plus vendu dans le monde et auquel sont résistantes certaines espèces) de la multinationale agro-alimentaire Monsanto sur la santé peuvent être très graves (irritations, dépressions cardiaques, vomissements).

- pour les pays défavorisés et l’ensemble des paysans de la planète :

Dire que les OGM sont créés afin de lutter contre la faim dans le monde est un pur mensonge. Le problème de l’alimentation dans le monde est un problème politique et non technique : il est le résultat d’une exploitation croissante, par les pays riches, des ressources des pays défavorisés,  ce qui rend ces derniers toujours plus dépendants des institutions financières internationales (type Fonds Monétaire International), sans possibilité, pour eux, d’acquérir l’autonomie. Les OGM sont créés pour maintenir cette dépendance par le développement de techniques complexes au niveau alimentaire dans des pays où l’agriculture n’est pas encore ou peu motorisée, par la détention du monopole des semences et des brevets sur le vivant.
       
Dans le monde, près de 44 millions d’hectares sont des surfaces d’OGM cultivés (environ deux fois la surface du  Royaume Uni). En France, depuis 1987, une quinzaine de plantes ont été expérimentées : le maïs et le colza
(les plus importantes), le tabac, la betterave, la pomme de terre, le melon, la tomate, la laitue, le peuplier, le tournesol, la chicorée, la vigne, le soja et la courgette.
A partir de 1999, 8 plantes génétiquement modifiées ont obtenu l’autorisation de mise sur le marché en Europe, dont du colza, une endive, du soja et du maïs. La rapidité de mise sur le marché des OGM n’a pas permis que soit mise en place autour d’eux une réelle réflexion. Les consommateurs sont désormais mis devant le fait accompli. Quelques lois ont certes été établies afin de faire croire à un véritable contrôle des OGM (comme la loi qui oblige les fabricants à étiqueter leurs produits que lorsque ceux-ci sont à base d’ingrédients contenant plus de 1% d’OGM - en dessous, paraît-il ce n’est pas nécessaire...). Elles sont en fait de la poudre aux yeux : il n’y a aucune transparence quant à la présence d’OGM dans ce que nous mangeons. Mais de toute façon, il est illusoire de penser qu’il pourra y en avoir une un jour : la distinction claire entre une filière OGM et une filière non OGM ne parviendra jamais à se faire, car il est impossible de maîtriser les disséminations dans l’environnement et les contaminations des autres plantes. Il est donc certain que d’ici peu, la totalité de notre alimentation, y compris biologique contiendra des OGM sans que nous le sachions : la sécurité alimentaire de tous est ainsi remise en question pour le seul profit de quelques uns.
   
La revendication de la possibilité pour le consommateur de choisir entre un produit issu de l’agriculture transgénique et un produit issu de l’agriculture traditionnelle ou biologique est non seulement impossible à satisfaire, mais en plus n’a aucun sens. Exiger cela revient non seulement à tolérer les cultures d’OGM et leurs nombreux dangers, mais en plus, revient à favoriser la contamination, à généraliser la présence des OGM dans notre alimentation et donc à légitimer le «tout OGM».  Par conséquent, et avant qu’il ne soit trop tard - ce «tout OGM» sera le coup d’envoi d’une des plus importantes catastrophes écologiques dans l’avenir - un refus massif et absolu de toute expérimentation, production et consommation d’OGM est nécessaire. En tant que consommateurs, nous devons avoir conscience de nos responsabilités face aux futures conséquences des OGM.  Dès aujourd’hui, chacun de nous peut lutter au quotidien (par le saccage de tous les champs d’OGM, par le boycott des produits issus d’OGM et par l’envoi de lettres aux fabricants signalant ce boycott ou tout simplement en faisant circuler l’information) en refusant d’être les cobayes du lobby de l’agro-alimentaire. Mais en parallèle est nécessaire la remise en question de la société capitaliste dans son ensemble, par la prise de conscience qu’elle est bien à l’origine des manipulations actuelles, autant génétiques que politiques.


---


 
Reproduction d'un tract distribué à plusieurs reprises par le GARAS, certaines infos sont datées, mais la plupart restent d'actualité...




Publié dans Garas 37

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article